Partager

Élimination

L'utilisation de cages et de répulsif (la patience est requise) sont les seules techniques de répression possible. Vous pouvez louer les cages à notre magasin du siège social.

L'utilisation de beurre d'arachides comme appât est recommandée ainsi que d'un quartier de pomme afin d'éviter que l'animal ne se déshydrate. Suite à la capture, il faut relocaliser la petite bête de 15 à 20 km plus loin afin d'éviter qu'elle ne revienne.

Actions

  • Capturer l’animal à l’aide d’une cage prévue à cet effet
  • Relocaliser l’animal à plus de 20 km

Prévention

  • Rendre inaccessible le dessous du cabanon, des galeries et autres structures
  • Utiliser une mangeoire anti-écureuils si vous nourrissez les oiseaux

Description et développement

Le suisse est un petit rongeur diurne et solitaire qui défend vaillamment son territoire. Il est de couleur brun-roux et possède deux rayures blanches cintrées de noir sur le dos.

La période d'accouplement du suisse se situe entre la mi-mars et avril et quand les conditions sont favorables, il y en a une seconde de la mi-juin à juillet. La période de gestation est de 32 jours et la femelle donne naissance de 4 à 5 petits par portée.
Le suisse a plusieurs prédateurs autre que l'homme tel que le chien, le chat, la belette, l'hermine, le renard, le lynx, le raton laveur et les buses. L'espérance de vie en nature du tamia est de 3 à 4 ans. En captivité, il peut vivre de 5 à 8 ans.

Habitudes

Il fréquente les forêts, les bordures de champs ainsi que les buissons près des habitations. Le tamia gîte dans un terrier qui comporte 1 ou 2 galeries d'environ 5 cm de diamètre. Elles mènent à une chambre principale tapissée de feuilles et d'herbes. C'est dans cette chambre que le suisse hiberne de la fin octobre au début mars.

Le suisse est plutôt granivore. Il se nourrit principalement de graines, de fruits, de noix, de plantes herbacées mais aussi de limaces, de vers, de sauterelles, d'œufs et même d'oisillons. Avec des abajoues, le tamia peut transporter sa nourriture dans son terrier pour y faire des réserves. Mais cette habitude peut devenir problématique si sa cachette était l'entretoît de notre maison. En effet, des insectes peuvent parasiter ses amas de noix et de graines.

publication de la photo autorisée par le photographe Bruno Presumey

Vers le haut