Partager

Élimination

Plusieurs produits à base de pyréthrines sont disponibles en pharmacie. Aussi il s'avère nécessaire de bien nettoyer toute la literie et les vêtements. Pour ce, il faut laver à l'eau chaude et ensuite repasser tous les articles mentionnés ci-dessus, ou encore les faire nettoyer à sec, car le lavage seul n'est pas suffisant. Attention! Dans le cas d'un nettoyage à sec, il est bien important d'informer le nettoyeur de votre problème et de lui emmener les articles dans un sac de plastique hermétique. Il serait bon également de passer l'aspirateur à fond dans toutes les pièces de la maison et sur les sofas et matelas.

Actions

  • Consulter un pharmacien ou un médecin pour un traitement corporel
  • Laver la literie, les serviettes et les vêtements à l’eau chaude et sécher (minimum 20 minutes)
  • Passer l’aspirateur dans toutes les pièces de la maison, sur les sofas et matelas (vider ou se débarrasser du contenant de récupération)

Prévention

  • Éviter de partager les vêtements d'une personne affectée

Description et développement

Le morpion ou pou de pubis (Phthirus pubis L. ), de l'ordre des anoplures et de la famille des pédiculidés (Pediculidae ), ressemble à un petit crabe de couleur beige ou blanc grisâtre qui mesure de 1,5 à 2 mm. La plupart du temps, les morpions sont immobiles sur leur hôte et s'attachent aux poils pour se nourrir dans une seule position. Ceci peut durer des heures ou des jours et la prise de sang est intermittente. Le cycle de vie chez les morpions est complété en 34 à 41 jours. A l'écart de l'hôte, ils pourront survivre de 12 heures jusqu'à 2 jours. La femelle pond au cours de sa vie 50 oeufs ou plus, ceux-ci étant collés à la base des poils.

Habitudes

Cette espèce vit habituellement au niveau des régions pubiennes et péri-anales du corps humain. On peut cependant les retrouver dans les poils de la poitrine, des aisselles et des sourcils. Dans la majorité des cas, un contact intime (relation sexuelle) avec une personne atteinte sera à la base de l'infestation. Par contre, plusieurs travailleurs de la santé prétendent que des vêtements souillés et d'autres sources de transmission ne peuvent être écartées.

Vers le haut