Appelez-nous rapidement 1 800 463-2186

English

Les classiques du dégel


14 avril, 2017
Partager

La neige n’a pas complètement disparue et vous commencez à évaluer les dommages de la saison froide sur l’ensemble de votre propriété. Bien sûr, vous vérifiez d’abord la structure de la résidence afin de vous assurer qu’elle a bien tenu le coup. Armez-vous de calfeutrant afin de corriger les joints autour des tuyaux et bouches d’aération qui ont pu fendiller pendant l’hiver afin de bloquer l’accès aux intrus.

Campagnols, musaraignes et taupes

Vous voyez des amas de gazon et des sentiers sur la pelouse? Ces dommages ont été faits par des campagnols (mulots) sous le couvert de neige. Au moment où vous constatez ces dégâts, il y a fort à parier qu’ils ont déjà regagné leur habitat estival d’où ils avaient migré pour l’hiver. Souvent, ils sont accompagnés par les musaraignes, petits insectivores au museau pointu, qui excavent la terre en quête de larves d’insectes et la laisse en surface. Si vous demeurez près d’un cours d’eau, les taupes peuvent compléter le trio et un seul individu peut faire passablement de ravage. Ces 3 espèces peuvent être capturées à l’aide de pièges à prises multiples.

Fourmis, araignées, cloportes et centipèdes

Les premiers parasites à se manifester sont habituellement les fourmis et les araignées, à moins que des mouches (pollénies du lombric) ou des coccinelles asiatiques aient passé l’hiver dans l’entretoit ou sous le revêtement extérieur de la maison. Les fourmis brunes des champs auront commencé à travailler sous les pierres et le pavé uni alors que vous verrez les premières fourmis gâte-bois, une espèce qui s’accouple tôt dans la saison. Les araignées bougent déjà dans vos margelles où elles chassent ou tendent des toiles pour capturer les insectes et autres arthropodes s’étant réfugiés dans la matière organique qui s’y est accumulée avec les vents de l’automne version longue de 2015. Les cloportes et les centipèdes y sont habituellement actifs et utiles pour activer la décomposition de la matière organique.

Abeilles solitaires

À la mi mai, l’on observera les abeilles solitaires et ce, particulièrement dans les talus ensoleillés de sols sablonneux et dénudés. Elles sont inoffensives et nous ne les intéressons pas du tout. Elles creusent leur nid dans le sol afin d’y aménager une cellule dans laquelle elles déposeront de la nourriture pour leur progéniture après y avoir pondu.

Fourmis noires des champs

Quant à elles, les «fourmis à buttes» ne se manifesteront qu’après les quelques premières tontes de votre pelouse alors que la lame de la tondeuse sèmera tout un émoi au sein de la colonie lorsqu’elle effleurera le sommet de la butte.

Peu importe les découvertes que vous ferez lors de vos travaux printaniers, il importe de bien identifier l’espèce en cause avant de passer à l’action.

Pour plus de détails, communiquez avec nos conseillers!

vers le haut